Population invisible et quasi-inaudible, les jeunes aidants seraient près de 913 000 [1] en France. Âgés de 16 à 30 ans (dont plus de 500 000 entre 18 et 22 ans), ils accompagnent un parent, un grand-parent, un frère ou une sœur au quotidien. « Seraient », car il n’existe aucun chiffre officiel sur ces jeunes souvent peu reconnus, rarement accompagnés, mais heureusement soutenus par quelques associations qui tentent de briser une réalité douloureuse et encore taboue.

Qui sont ces “jeunes aidants” dont on parle si peu ? Il s’agit d’enfants, d’adolescents ou de jeunes adultes venant en aide à un membre de leur famille en situation de handicap ou de dépendance. Injustement ignorés, les responsabilités qu’ils endossent sont pourtant énormes : soins, activités domestiques, démarches administratives, soutien moral… Sans compter une vigilance de tous les instants !

Les (rares) chiffres disponibles parlent d’eux-mêmes [2]. Ainsi, 73% d’entre eux consacreraient au moins une heure par jour en semaine à leur proche dépendant, davantage le week-end. Avec de nombreuses conséquences sur leur état physique et psychique : 75% avouent se sentir fatigués, souffrant de douleurs et de troubles du sommeil, tandis que 54% estiment ne pas profiter pleinement de leur jeunesse.[3]

Enfin, près d’un jeune sur deux aimerait être davantage soutenu, écouté, accompagné… Autant de missions défendues par l’association JADE, qui propose notamment des ateliers cinéma-répit, au cours desquels les jeunes aidants sont invités à s’exprimer à travers la réalisation de films décrivant leur quotidien. Sans oublier le soutien déployé par des services et applications tels que Tilia, qui permet aux aidants de ne pas rompre le lien avec ses proches.

D’autres initiatives font aussi leur apparition à l’échelle locale. On salue notamment Autisme 95 et ses groupes de paroles à destination des fratries d’enfants autistes, ainsi que le formidable travail de terrain mené par l’APF, l’UNAFAM et Tout le monde contre le cancer.

Si le chemin est encore long, la prise de conscience semble bien réelle !

Sources :

[1] ANESM (Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des établissements et services)

[2] Enquête Novartis https://www.aidants.fr/sites/default/files/fichiers_attaches/ipsos_infographies_jeunes_aidants_vf.pdf

[3] Ibid

Tilia service pour les aidants de proches en fragilisés par la maladie, le handicap,… C'est une application mobile couplée à des assistants personnels humains !

Tilia service pour les aidants de proches en fragilisés par la maladie, le handicap,… C'est une application mobile couplée à des assistants personnels humains !